Cross: Benjamin Emere attaque la saison

<P><LEGENDE>Benjamin est en forme pour le moment.</LEGENDE><CREDIT> E.CO</CREDIT> </P>

Benjamin est en forme pour le moment. E.CO

 A presque 31 ans, Benjamin Emere, sociétaire de Dour-Sports, reste un fan d’athlé pur.

Dimanche, Benjamin Emere et ses équipiers de Dour-Sports entreront dans la saison de cross-country à l’occasion des relais de la Cross Cup à Gand. Le citoyen de Belœil a déboulé à l’aise samedi au semi-marathon organisé près de chez lui. Il reste un fan d’athlétisme pur.

 Pas question de se disperser en dehors de l’athlétisme pour Benjamin Emere. L’enseignant de Belœil reste un fan du geste athlétique pur du fondeur passionné, qui combine à l’envi la piste, les cross-country et les (semi-) marathon. On l’a certes vu s’imposer au challenge routier de Soignies il y a deux ans. Toutefois, s’enfermer dans un calendrier n’entre pas dans ses cordes. “ Si on se met à courir des challenges de course sur route, on loupe tout le reste, on ne peut pas s’entraîner correctement ”, explique-t-il. “ Pas question de trail non plus, même si j’adore les courses nature. Je pars pour une bonne saison de cross avec, au menu, la Cross Cup et plusieurs épreuves régionales. Je me préparerai ainsi pour le semi-marathon de Paris prévu au printemps prochain. Je viserai mon record personnel d’une heure douze réalisé à La Haye ”.

Benjamin Emere est donc plutôt fan des records personnels, ces défis qu’il se lance annuellement et qu’il ne rate quasi jamais. En marathon, par exemple, il est passé de 2h39 à Paris, à 2h36 (deux fois) à Paris et Berlin et à 2h33: 30 cette année à Rotterdam. “ Voilà une belle progression qui me laisse envisager un chrono autour des 2h30 à l’avenir. C’est vrai que je ne me suis jamais planté sur marathon ”.

La saison prochaine de l’athlète coaché par Bertrand Bogaert sera aussi placée sous le signe de la piste, avec l’intention de toujours faire mieux. “ J’aurai 31 ans en février. C’est le moment ou jamais de tout donner aux chronos. Je veux notamment faire mieux que mes 33:38 sur 10.000 mètres en 2013 ”, précise le champion du Hainaut 2012 de la distance, qui a déboulé chez lui, samedi, au semi-marathon de Belœil. Sous la drache et sans objectif. Le tout en 1h16: 30, qui lui a valu de terminer à la quatrième place. Oui, le gaillard est en forme.

Eric Cornu

Nord-Eclair de ce 17/10/12.

 

 

Les commentaires sont fermés.