Vol à la ruse à Grandglise!

Samedi 22 avril 2017 -Vol à la ruse.

Ce samedi 22 avril vers 9h « on » sonne à la porte d’entrée de mon habitation.

J’entends que ma femme introduit le visiteur dans le sas et tout en discutant le conduit à la cuisine.

Je reconnais la voix de mon épouse mais reste à quia pour ce qui concerne l’homme.

Quelques instants par après Christiane me précise que « Quelqu’un t’attend »

En me rendant à la cuisine je remarque que la porte d’entrée est restée ouverte ! Bizarre ! Je la referme. Arrivé à la cuisine, un monsieur m’attend et me tend la main en m’appelant Monsieur Robert au lieu de Monsieur ADAM ! Il enchaîne en précisant qu’il est envoyé par la Régie des Eaux pour vérifier la qualité de l’eau de mon installation.

Après avoir attiré son attention sur le fait que nous étions un samedi il a répondu « Cas d’urgence »

Il a ensuite insisté pour que nous l’accompagnions, ma femme et moi, dans la salle de bains.

Après avoir fermé la porte de la salle de bains derrière lui, il a invité ma femme à ouvrir le robinet, à tenir le bout d’un fil sous l’eau pendant que lui-même vérifiait le résultat sur un appareil genre vérificateur de tension de l’électricité ! Pendant cette opération il restait en contact direct et permanant avec une personne à l’aide d’un walkie-talkie.

Regardant cette scène je me suis dit «Quelqu’un se fout de moi »

J’ai voulu quitter la salle de bains mais le « Délégué aux eaux »m’en a empêché prétextant que nous devions être, ma femme et moi, témoins du résultat de l’analyse.

Et la pièce d’un € est tombée… Vol à la ruse.

Je n’ai pas hésité à donner un coup de coude dans le ventre du délégué, de le repousser, d’ouvrir la porte de la salle de bains et d’ouvrir ensuite la porte de la cuisine pour…

Me trouver face à face avec deux individus qui dévalaient les marches de l’escalier tournant en criant: Police, Police, en arborant un genre de carte d’identité

La rage a commencé à me monter et j’ai répondu en hurlant : Police au pas, je m’en fous. Foutez le camp. Vous n’avez rien à faire chez moi. Je les ai poussés vers vers la sortie.

Arrivés à l’extérieur, j’ai repris de la voix et à plusieurs reprises scandé: Au secours, au vol.

Après quelques pas en direction du Home les Bruyères, ils ont pris leur jambe à leur cou pour rejoindre une voiture – avec chauffeur – qui les attendait en face du home précité.

Remarques.

Les deux faux policiers qui opéraient à l’étage n’ont rient emporté, ils n’en ont pas eu le temps.

Les reconnaître : impossible.

La penne de leur casquette couvrait la majeure partie du haut du visage conforté par le col de la veste qui se trouvait très hautement relevé.

Le faux délégué de la Régie des Eaux : Il s’arrangeait de façon à toujours se trouver derrière ma femme et moi !

A l’extérieur de mon habitation :

Alertés par mes cris, deux voitures se sont arrêtées. Les chauffeurs voulaient me prêter assistance.

Le premier, comprenant l’urgence en laissant la portière de sa voiture ouverte, est venu vers moi en courant « Besoin de moi, Monsieur »

Je dois signaler l’action du second chauffeur. Il habite le quartier « Petit Bruxelles » à la rue Hector Fontaine à Grandglise Il a tenté de poursuivre la voiture des fuyards. Mais tractant une remorque, il à perdu sa trace pour la retrouver devant le feu rouge. Il est sorti de voiture pour ouvrir la portière de leur véhicule. Le chauffeur était de type méditerranéen, et une personne assise à l’arrière portait une casquette.

Le chauffeur à prétendu venir de Mons.

Le feu rouge est passé au vert et bye bye les voleurs.

Quoique l’on puisse dire, il existe encore sur terre des personnes prêtes à vous secourir.

Robert Adam, de Grandglise

Les commentaires sont fermés.