Pierre-Marie dort dans l'ancien silo à grains

L’organisateur du parcours d’artistes de Belœil, Pierre-Marie Sprockeels, ouvre les portes de son étonnante maison

DSC_6014.jpg

                                                                                                            Photo Bernard Libert

Son salon était autrefois un hangar à tracteurs. Sa bibliothèque occupe l’ancienne étable. Quant à la cuisine, elle servait d’écuries. Pierre-Marie Sprockeels, organisateur du parcours d’artistes de Belœil, ouvrira pendant deux jours les portes de sa ferme, totalement rénovée, comme 33 autres habitants de l’entité.

 

 

C’est le principe du parcours d’artistes de Belœil: ouvrir les portes de maisons particulières pour y accrocher les œuvres d’artistes de tous horizons. Pour le visiteur, la découverte est double: celle d’un lieu inédit et celle du travail parfois insolite d’hommes et de femmes inspirés. La rencontre est, elle aussi, double: celle du propriétaire des lieux et celle de l’artiste, présent durant le week-end.

Derrière cet événement peu banal, se cache un avocat de Stambruges, Pierre-Marie Sprockeels, l’organisateur, qui participe d’ailleurs à titre personnel aussi à ce 5e parcours d’artistes. Il faut dire que sa ferme rénovée se prête bien à l’exercice. “ Quand j’ai racheté la propriété en 1994, ce n’était qu’un entremêlement de bâtiments disparates ”, précise le Stambrugeois. “ Nous avons amené un bulldozer et évacué 35 conteneurs de gravats ”. Le site était, de l’aveu de son propriétaire, une succession de ruines.

18 ans plus tard, pourtant, difficile de l’imaginer. “ Notre priorité, à l’époque, avait été de rendre la maison habitable... ”, se souvient Pierre-Marie Sprockeels. Mais plus tard, le propriétaire a pu laisser éclater toute son inventivité dans l’aménagement des espaces. Le corps de ferme sert désormais de partie professionnelle, tandis que les bâtiments autrefois dévolus aux activités agricoles se sont transformés en lieux de vie stupéfiants: comme le silo à grains qui accueille les chambres ou le hangar à tracteurs qui sert de séjour. “ Notre idée était d’abord d’en faire un jardin d’hiver ”, confirme Pierre-Marie Sprockeels, “ et puis, sous le charme, nous y avons installé le chauffage et il nous sert de pièce principale ”. Au sol: des tommettes du XVIIIe siècle dénichées par les occupants. En lieu et place des murs extérieurs: des baies vitrées à croisillons qui offrent une vue imprenable sur le jardin. Mais aussi un mur blanc, aménagé justement pour accueillir des œuvres du parcours d’artistes. “ Je suis un inconditionnel de la beauté ”, reconnaît le Stambrugeois. “ Cette passion, je l’exprime dans le parcours d’artistes, grâce aux

talents dont j’apprécie le travail. Mais la nature aussi m’inspire ”. En attestent les camélias ou le splendide rosier qui s’épanouit sur la propriété et dont les pétales se mangent... car la cuisine est un autre péché mignon de l’organisateur, une passion qu’il partagera avec ses invités, lors du parcours. Au menu: une déclinaison de pestos, préparés par ses soins dans ce qui n’était autre que les anciennes écuries de la ferme, méconnaissables.

 

À NOTER Le parcours d’artistes de Belœil, du 22 au 24 juin. Entrée gratuite.

Infos: 0477/77.97.96 ou www.parcoursdartistesdebeloeil.be      

                                                                                                                             (sudpresse.be)

Les commentaires sont fermés.